La classe I sera préférée par celui qui désire fournir un service orienté spécifiquement RPAS. La possibilité de demander des dérogations pour différentes activités considérées comme risquées est indispensable à celui qui désire développer une activité commerciale d’opérateur drone. Attention, ces autorisations sont payantes et demandent des études de risques. Les amateurs préfèreront souvent voler en classe II.